1 janv. 2015

[MAKACH INVESTIGATION] Et si le djembé était à l'informatique ce que le journalisme est à la vérité ?

Notre gras-fist qui a fait une première S au lycée Miette à Audinliard
et donc kiffe grave les maths n
ous a pondu une petite explication
Ne nous le cachons pas. Dans le métier de journaliste, la partie la plus ingrate consiste à se colleter l'édito ou pire le "billet du jour". L'exercice demeure aisé si on a une idée, mais quand on n'en a pas et que l'heure du bouclage approche, ben c'est l'horreur... Certes à "Leste & Public (hein ?!?)", nous ne connaissons pas ce souci puisque des idées et des enquêtes, on en a des wagons. Mais en attendant que ceux-ci servent à nous déporter en camp de rééducation, nous nous sommes mis en tête d'explorer un véritable "point aveugle" lié à l'apparition ces derniers mois au sein du petit monde de la presse régionale quotidienne audinliardeniaise d'une nouvelle signature, Éstabien Meffroi.

Nous avons assez vite commencé à analyser de près les différents billets que signait ce jeune et talentueux journaliste car il nous est apparu très tôt que personne parmi les membres de la rédaction de "Leste", leurs amis voire leur famille proche n'en comprenait un traître mot.

Intensifiant nos investigations, nous avons interrogé un panel de lecteurs des articles de M. Meffroi, panel qui s'est révélé lui-aussi unanime : une fois sur trois, personne n'entrave quoi que ce soit. Sondés également, ses collègues ont préféré ne pas répondre, certains laissant toutefois entendre qu'ils ont renoncé à lire ses papiers les soirs de panne de Dolyprane.

Comment se pouvait-ce ? Quels étaient les ressorts de cet imbroglio ? Que faisait la police ? Il se trouve que ce sont les passions d'Éstabien (percussions et programmation informatique) qui l'ont en quelque sorte "trahi". Nous avons en effet assez vite découvert — avec l'aide renouvelée du département Un-gène-de-riz, Algorithme et Chiures de code de l'ITBM (Institut Toujours Bien Membré) de MonBellâtreBêleFort qu'Éstabien avait mis au point un générateur électro-acoustique d'articles, de billets d'humeur et d'éditoriaux.

Comment que ça marche ?

Pour rester simple, disons qu'en associant l'application "Djembé & Bongo" pour Android KatKat et l'algorithme de Dijkstra 3 point 7, il devient facile en chantant et en mémorisant un rythme claqué ou tonique de générer des mots qui peuvent être alors assemblés en phrase polymorphe qui répondent de manière harmonieuse à une osmose sémantique...
Éstabien Meffroi
face à son clavier de programmation
(DR)

Exemple :
"Coup de com’ ? Comment affirmer le contraire ? Peut-être en martelant qu’elle se joue sur une partition purement locale. Mais cela sera-t-il suffisant à lever l’ombre du doute ? Car, surtout, pouvait-il en être autrement sauf à faire de cette sortie une manœuvre terriblement téléguidée ?"

Certes, la phrase est ici sortie de son contexte mais vous admettrez qu'elle ne veut strictement pas dire grand-chose.

Que penser de celle- ci ?
"Dans un secteur concurrentiel qui nécessite désormais un diplôme pour exercer le métier de pompes funèbres lorsqu’une autorisation du préfet suffisait auparavant, les nouveautés succèdent aux innovations. Ainsi, dans la même veine, à l’approche de la Toussaint, les plans médias succèdent aux plans médias. À chaque saison, ses dernières sorties vantées par mailing.…"
... ¿ qu'Éstabien va nous vendre des cercueils en cartons connectés au four afin d’éviter les répétitions de cuisson ?
Une invention qui fera date,
et pas seulement parce qu'on a plus le choix


critique d'art générée en 3,2 ms par
The Instant Art Critique Phrase Generator
Génie local méconnu, M. Meffroi est donc l'inventeur, avec son générateur d'articles, éditoriaux et billets, d'un concept promis à un grand avenir, d'ailleurs déjà décliné dans des domaines connexes, comme la critique d'art (Cf. encadré ci-contre).

Toujours soucieux de nourrir le récit des avancées technologiques de notre temps, nous ne manquerons pas de vous tenir informé sur l'évolution de cette filière d'avenir pour le Pays de Montbécourt-Audinliard — ou pas.


de notre stagiaire senior en journaloperies,
Enrico Prolalli



Pour aller plus loin (ou presque au cyprès) :


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire