31 déc. 2014

[Grande-Comté] Réforme territoriale et désenclavement : un gai mariage

Les présidents des régions Bourgogne et Franche-Comté avaient déjà célébré leurs fiançailles en avril dernier. Ils sont désormais unis pour le meilleur et pour le pire : le  Patriarche et la Marie-Guiguite ont inauguré en grande pompe, à l'aube de l'année 2015, la jonction des lignes de tram de Dijon et de Besançon.

De notre envoyée spéciale dans le Grand Nord-Est, Karénine Adamov — Les travaux avaient été réalisés de nuit et dans le plus grand secret : pour l'occasion,  François Rebsamère avait réquisitionné tous les chômeurs-fraudeurs-glandeurs, les SDF préalablement encagés avec leurs bancs, les travailleurs du dimanche et quelques enfants. "On est de la gauche moderne, ici, ou on ne l'est pas, sacré vin diou ?!", a-t-il tonné, tout sourire, à sa sortie du tram.

Le maire de Besançon, Jean-Louis Fourien, s'est pour sa part contenté d'organiser le pot d'accueil dans l'ex-capitale comtoise, et de reprendre trois fois des canapés escargots-cancoillotte. "Un geste symbolique fort !", a-t-il tenu à souligner lors de la conférence de presse commune.

Jean-Louis et François,
début des festivités
Fraternisation nocturne

En dépit de la fatigue et du froid, les deux équipes d'ouvriers ont fraternisé du côté de Pagney lors de leur jonction à 4h30 du matin, et des scènes de liesse ont spontanément éclaté. "Bien sûr, on aurait préféré une prime de Noël, plutôt qu'un carton de moutarde à l'ancienne et un kilo de Comté bio", sourit Gérard, chômeur de 61 ans, "mais le délégué CGT n'a rien pu faire pour nous, il avait un appart' à retaper sur Paname".

Remilly-sur-Tille, Cirey-lès-Pontailler et Vielverge sont désormais désenclavés. Et quelle ne fut pas la surprise des habitants de Pesmes lorsqu'ils ont entendu, non pas la fameuse horloge du clocher régulièrement célébrée par Jean-Pierre Pernod, mais "le délicat ting ting du tram rose et bleu" ("bleu et rose", a corrigé Jean-Louis Fourien, toujours spirituel).

Vers la nouvelle frontière, en tout nucléaire

Francine, dynamique retraitée de Chaumercenne, n'en revient encore pas : "j'ai bien failli m'assommer sur la paroi vitrée de la station, en sortant de chez moi ce matin ! Mais monsieur Rebsamère m'a rassurée : avec ce nouveau mode de transport tout nucléaire, je vais faire du bien à la planète, et je pourrai reprendre le travail jusqu'à 72 ans !" Selon certaines sources, Francine aurait toutefois refusé la proposition du sinistre : incarner l'avenir de la France laborieuse en devenant le modèle de la prochaine Marianne.

Lyrique, la Marie-Guiguite a déclaré à sa descente de rame : "Nous sommes les pèlerins du XXIe siècle et ce tram rose et bleu est le nouveau Mayflower : nous avons repoussé la Frontière !" ("bleu et rose", a rectifié malicieusement son ami Jean-Louis Fourien).

Des prolongements avec queues et têtes

La conquête de nouveaux territoires  ne s'arrêtera en effet pas là : on murmure que le maire de Sechin-Bréconchaux aurait lancé les travaux d'électrification des pâtures communales, et que Voujeaucourt envisagerait de détourner le Doubs pour favoriser le passage du tram.

"Une ville qui ouvrira désormais son marché de Noël toute l'année se doit d'être desservie par des moyens de transport modernes !", lance à son tour la première magistrate de Montbécourt, Mamie-Noëlle BiguinePointNet.

Un appel du pied qui ne sera sans doute pas mis à l'index - "sauf en cas de nouvelle alliance", nous souffle, taquin, Jean-Louis Fourien.

Avancée de la ligne à suivre bien entendu dans nos colonnes — ou pas.


KA

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire