6 déc. 2014

[Marché de Noël] Une recette qui marche, des projets qui roulent

Montbéliard, de l'un de nos correspondants — Il fallait prendre de l'avance sur la concurrence des autres marchés de Noël du Grand-Est, c'est indéniable. Même si la formule ne s'essouffle pas malgré le peu de changement depuis 28 ans et la crise économique que traverse le pays, il fallait innover. Ce sera chose faite pour l'an prochain, deux grandes idées ayant vu le jour dans le cerveau de nos élus.

Tout d'abord avec un invité de marque l'an prochain, puisque ce n'est ni plus ni moins que PSA-Peugeot qui sera la vedette — et plus précisément ses véhicules. Le marché de Noël 2015 s'ouvrira en effet à l'automobile et à cette mode venue des Etats-Unis, le "drive-in".

Innovation radicale au Près-la-Rose

Inspirée par les supermarchés et les échoppes de hamburger, l'équipe municipale propose d'ouvrir les allées du marché de Noël aux propriétaires de Peugeot de moins de deux ans (dérogation prévue pour les Opel Zefira tombées du camion) — une façon de maintenir le pouvoir d'achat et de réduire les problèmes de stationnement.

La deuxième idée permettrait de redynamiser le commerce en centre-ville et donnerait à Montbéliard le cachet d'un exotisme et d'une originalité rare, puisqu'il serait question de faire en sorte que le marché de Noël distille sa magie... 365 jours durant ! Ce serait Noël toute l'année, c'est trop bien comme idée !” soulignait à l'évocation de ce projet un des commerçants de la place Saint-Martin.

Seul bémol avec cette option, le stationnement redeviendrait problématique. Comme le fait remarquer un agent municipal chargé de la voirie, “avec les beaux jours la fréquentation augmentera, les gens devront stationner de plus en plus loin... ou pire, prendre les transports en commun, voire devenir piéton — c'est ce qui effraie le plus.” Face à ce nouveau défi, la mairie a déjà réfléchi à la possibilité d'ouvrir le Près-la-Rose au stationnement. Une solution qui ferait coup double puisque le parc deviendrait ainsi le premier jardin public de France ouvert à la voiture et au stationnement. “Un peu comme les parcs nationaux aux États-Unis” avance l'adjoint au développement durable de la ville, “mais avec la passerelle de la Véloroute en plus”.

Une gauche qui respire mieux

Il se trouve que l'opposition est elle aussi séduite par ces idées novatrices, les anciens adjoints reconnaissant, et pas toujours en "off", que le dernier mandat a été une accumulation de mauvaises décisions : “Fermer le centre-ville à la circulation était perturbant, on entendait le chant des oiseaux, et les parents pouvaient même laisser courir leur progéniture librement : résultat, il y a eu une augmentation inconsidérée du nombre de croûtes sur les genoux dues à des chutes répétées de jeunes enfants livrés à eux-mêmes, c'était insupportable”. Surtout, il est vrai, quant on songe à l'actuel niveau de surcharge du service des urgences du CHU...

Aujourd'hui, les choses changent enfin, on retrouve la joie de respirer de bonnes particules issues des moteurs propres”. La gauche locale propose même d'aller plus loin en fusionnant les deux idées de l'équipe actuelle : faire dans la ville un marché de Noël ouvert toute l'année aux automobiles, tout en encourageant les commerçants à adapter leurs boutiques afin que la voiture puisse être la reine entre les étalages. Montbéliard n'a décidément  pas fini de prendre de l'avance” insiste une figure locale récemment déchue.







DéHaine
relu Llmb

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire