11 déc. 2014

[Affaire Pétreaulia] Oui M. Lalande, il reste un otage français : au Fort-Lachaude

Le Fort-Lachaude pendant
les inondations de 1990
— déjà une sombre histoire d'eau...
(photo d'archive L&P)
Mardi soir, les journaux télévisés français faisaient leur ouverture sur la « libération de Serge Lazarevic, dernier otage français détenu dans le monde ». Tous libérés, sans exception ? Une erreur journalistique particulièrement mal vécue à Audinliard, dans la famille du « vrai » dernier otage français en détention, Yves Adamo.

« Tous les mercredis, on se faisait violence pour regarder le JT de ce vendu au capital David Gigondas, mais à chaque fois qu'il clôturait son journal avec la liste des otages, le nom de mon père n'apparaissait jamais à l'écran. Bon c'est vrai que depuis la chute du Mur, ses disques se vendaient moins bien. Mais il faisait encore des galas qui marchaient pas mal et pis parfois, des passages sur FR3 Bourgogne », déplore son fils, repreneur de la franchise familiale.

FLN canal Boitchu

Pour rappel, Yves Adamo est le leader de la contestation qui a amené Pierre Moscovizir à reprendre à la multinationale Pétreaulia la gestion en régie du réseau aqueux de la Glo. Le crooner italien — également connu pour ses succès populaires tels que « Laisse le marteau sur le manche », « Les filles du bord de la Volga », ou encore « Vous permettez, Monsieur, que j'emprunte votre faucille » — est retenu en otage depuis le 3 juin 2010 par le Front de Libéralisation Nationale (canal historique Boitchu) emmené par le révolutionnaire Louis Soufflet. 

Selon les dernières informations disponibles, l'otage serait détenu dans les geôles du Fort-Lachaude, célèbre pour sa vue imprenable sur les usines PinGo. Il y subirait des tortures insoutenables : « On nous a dit qu'on forçait mon père à regarder les graphiques de François Lenglet sur BFMTV. Mais je sais bien que c'est pour nous coller la pression, mon père ne pourrait jamais survivre à un tel supplice » témoigne son fils, visiblement bouleversé. « Par contre, j'ai peur qu'à force d'écouter les discours de Pierre Gattaz en boucle sans dormir, il nous fasse un coup de folie si jamais on le libère un jour ». Une libération à suivre donc dans nos colonnes — ou pas.


De notre correspondant embedded-with-Madonna,
Moshe "K-pote" Troumann 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire