13 déc. 2014

[MasterDuce] Le couscous fraternel de la candidate Bleu Narine

Moi aussi faut bien
que je gagne makrout (l'iconographe)
Ne lui parlez plus de laïcité. L'eurodépitée Sophie Rondelle a vivement réagi à la polémique sur les crèches dans les lieux publics (ndlr : "Gnnn ?"), et notamment celle, aujourd'hui contestée, de son ami Norbert Ménate à Baiziers.

« Chez BéHaine, on a toujours dénoncé le complot judéo-maçonico-atlantico-néo-bobo-crypto-gauchiste de ces laïcards qui ne veulent pas dire leur nom. C'est pourquoi, après avoir longuement consulté Jean-Marie Le Zgueg, j'ai décidé de placer ma prochaine campagne législative sous le signe de l'exaltation du dialogue entre les religions ».

Première mesure symbolique, l'organisation d'un couscous fraternel à la salle de l'Otan aux Buis. « C'est ma suppléante, Ghénia Benlonclesaou, qui préparera les boulettes avec sa tata Djamila », assure l'élue nariniste entre deux makrouts. Autre mesure choc — et quelle mesure ! — celle de se laisser pousser la barbe. « Pour la barbe, c'est Rachid, le patron du salon Imam-Djihad-Tif', qui m'a trouvé une coupe en pointe extra pour mes affiches de campagne ». Et de jurer qu'une fois élue à l'Assemblée, sa première proposition de loi portera sur l'interdiction des femmes en politique. Un argument qui pourrait s'avérer décisif.

De notre envoyé spécial aux Champs-Gonflants,
Moshe "K-pote" Troumann

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire